Je crois que décidément, il y a des nombres qui me sont néfastes.

Bon, pas le 19. C'est un nombre désormais triste mais pas néfaste : mon Amatxi chérie, mon modèle, mon ange d'amour terrestre a souhaité rejoindre l'Amour, la Paix, la Joie, la Douceur, le Souvenir et quitter son enveloppe d'absences.

Je peux enfin lui parler en face chaque jour, faire une bataille et rire de la voir tricher.

Penser à me faire enterrer avec un jeu de cartes!

 

Voilà la raison d'un silence soudain (sans compter que j'étais en vacances... ben oui, hein... et qu'en plus j'étais dans un village d'une vingtaine de maisons à la montagne, plus de vaches que d'hommes, sans télé, ni téléphone, ne parlons même pas de réseau pour mon mobile ou de connexion internet!)

 

Le 20 août, SuperBody d'Acier revient de déplacement et me dit, solennel : "Faut qu'on parle!". Qu'est-ce que j'ai encore fait? Alors la voiture, ça va, j'avais éteint le gaz avant de partir, couper l'eau... je sèche.

Le soir, il en vient aux faits : après bientôt 4 ans de mariage, il s'est rendu compte que finalement je ne suis pas la femme de sa vie.

EeeeeeUUUUUUUUUUuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhh...

Haaaaaaaaaaaaa....

Boooooooooooooooooon!

Black out disent les anglosaxons, blanc total sur le plancher des vaches...

Que voulez-vous que je fisse? Hé ben j'ai dit : "d'accord"!

J'ai quand même une impression de déjà vu... genre un plafond qui me tombe sur la tête, voyez?  (cf Les vacances sont enfin finies)

 

Nous allons donc tâcher de trouver un accord amiable et... je vais revenir à Pariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis!!!!

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.... boing, boing, boing!

Mes chériiiiiiiiiiiiiiiiiiiiies!

En attendant que je fasse réellement boing boing dans l'appartement et ailleurs, mon médecin m'a donné

  • "la petite pilule du bonheur" comme dit mon frère,
  • une autre petite pilule "à avoir dans le sac, ça évite les palpitations"
  • et une autre petite pilule "pour les soirs où le sommeil ne vous trouve pas".

Et mon psy m'a souri au téléphone quand je lui ai dit que j'avais besoin de le revoir...

... souvent!