La richesse de la douce Eire provient de sa simplicité. Peu de raffinement dans la gastronomie, certes, beaucoup de goût néanmoins!

Le fameux Irish Stew est généralement fait avec de l'agneau ou du mouton (principal élevage du pays). Et quand on ne peut pas acheter de l'ovidé, on va chasser le lapin...  C'est un plat familial, convivial, économique et ultra rapide à faire. Et ça sent bon dans la maison!

 

Ma recette est tout-à-fait classique : 2 oignons, 2 grosses carottes, 1,5 kg pommes de terre (Agata, la variété familiale par excellence), champignons (de Paris, ici) pour les légumes.

Bouquet garni ou ce qui le compose : feuilles de laurier, thym, coriandre, etc.

Ce qui en fait un ragoût irlandais : la bière! 25 cl environ... environ parce que, sans faire exprès, j'ai vidé la petite bouteille... heureusement, "ça gâche pas", comme dirait Maïté...

 

ACTION!

 

Dans le fond de la cocotte (en fonte, je suis en pleine période "revival"), je mets du beurre (quantité : pifomètre), en petits cubes. Je fais fondre à feu doux.

Pendant ce temps, je pèle les 2 oignons et, à l'aide de mon Super Slicer (dispo chez Carrefour, environ 50€... un des meilleurs achats que j'ai réalisés cette année!), je les transforme en rondelles parfaitement calibrées (n'importe quoi... je m'en fiche qu'elles soient calibrées, ce qui me met en transe c'est que ça me prend environ 60 secondes de peler et émincer!)

Le beurre étant fondu, les oignons prennent la direction de la cocotte.

Au tour des pommes de terre... là encore, le plus long fut de les peler... Super Slicer et hop hop, tout ce petit monde en frites (cubes longs, en somme) dans la cocotte.

Idem pour les carottes. J'ai juste tourné mon ustensile tranchant pour que ça fasse des rondelles (cet objet est merveilleux, je vous dis!). Hop, cocotte!

Champignons (en conserve, nous sommes au XXIème siècle, tout de même...) : cocotte.

Les indispensables herbes aromatiques : laurier en feuilles (2 minimum) ou haché (Ducros, vous savez?), thym, coriandre, une petite poignée de grains de poivre noir

 

Passons au lapin... Évidemment, il était au congélateur... et évidemment j'avais oublié de le sortir pour le faire décongeler. Normal, vous êtes bien chez moi...

Bref...

Ma technique de décongelation rapide SANS MICRO-ONDES : le four! À 80°C, pendant une dizaine de minutes.

Et, évidemment, quand j'ai acheté mon lapin, j'ai oublié de demander au boucher de me le couper en petits bouts... tout va bien... Heureusement, j'ai un énorme couteau qu'on appelle hachoir, je crois (si vous pouvez me confirmer...). Et là, je découvre que boucher, c'est un métier! Pas si facile de couper une bestiole!

Un fois détaillée, à la cocotte, la bestiole!

Et maintenant, mon moment préféré : ouvrir la bière! Mon frère, grand amateur de bières devant l'éternel, me conseille de mettre une brune. Bien, chef! Genre Guinness, chef? Voilà... Il m'a conseillé d'essayer la O'Hara (du comté de Harlow... z'avez vu comme il s'y connaît, mon frère?), notamment la Leann Follain ou la Irish Stout > le site de la Carlow Brewing Company.

Et puis, comme son super pote Christophe fait commerce de bières françaises (birds of same feather fly together... qui se ressemble s'assemble... ils se sont bien trouvés ces deux-là!!!), me voilà appelant Christophe.

En cave, il a :

- de la Kerzu (imperial stout)

- de la Hini Du (brasserie An Arc'h)

- de la Penhors Stout

D'après lui, un ragoût à la Kerzu doit être "à se taper le cul par terre"... parce qu'elle est très riche en tout, très profonde et qu'elle tiendrait, de ce fait, parfaitement la longue cuisson d'un ragout.

Sinon la Hini Du, mais au dernier moment, pour les arômes incroyables...

Haaaa, comme j'aime les gens qui vous parlent avec amour et science de leurs produits!

Retrouvez Christophe et ses bières dans sa boutique électronique : bièresdicietdailleurs ou sur les marchés qu'il fréquente (je vous mettrai la liste quand il me l'aura donnée....)

 

Allons-y donc pour le versage amoureux de la liqueur sus-mentionnée... qu'il faut allonger à l'eau de façon à recouvrir légumes et viande (JUSTE les recouvrir! PAS les noyer...)

Et maintenant, le plus difficile : laissons mijoter environ 2 heures à feu gentillet... Un véritable supplice... les odeurs qui envahissent l'espace et vous mettent l'eau à la bouche... Ha, on peut dire qu'il est mérité, ce ragoût!

 

 

p17js16vrk3q5npr4u1evnv4d31300472151_leann20111300472199_irishstout2011

 

IMG_1598

 

Bon appétit!