J'ai quitté l'Education Nationale en 2014 très contrariée. Vraiment TRÈS contrariée. Du manque d'exigence, de bienveillance, d'instruction...

Et puis, un petit tour "dans les îles"... Et une discussion avec un messager de l'Univers. Qui m'a ouvert les yeux. Sur la richesse que je détenais et que je dois partager. Et sur l'idée de "mission". 

Ainsi, devenir professeur / instituteur est une vocation. Une vraie vocation. Au sens religieux du terme (et c'est un athée qui m'a tenu ce discours...). Avec toute l'abnégation que cela suppose.

Hussard noir de la République

quelle expression bien trouvée!

 

C'est ainsi que j'ai repris le chemin de l'école...

 

Il nous faut être efficaces et dévoués.

Nous serons donc efficace et dévouée. Nous nous appliquerons donc à tirer nos enfants vers le haut. Nous irons

"faire disparaître la dernière, la plus redoutable des inégalités qui vient de la naissance, l'inégalité de l'éducation"

Et même si, en fin d'année, nous constatons que nous n'en avons sauvé qu'un. 

Parce qu'ils le valent bien. Tous et chacun d'eux. 

Les aider à trouver leur(s) talent(s). Et pas uniquement dans les matières encyclopédiques dans lesquelles il faut briller pour être considéré. 

 

Dieu sait que j'ai freiné des quatre fers depuis l'université pour surtout NE PAS intégrer ce corps ronchon, prompt à la grève, rétif à se remettre en question mais dépositaire du savoir à acquérir et des bons points.

Je l'intègrerai. Et je suivrai la voie dictée. A ma manière. 

 

Fontaine, je ne boirai pas de ton eau...