Une de mes amies est allergique à tout. Et quand je dis tout, c'est même l'odeur ou la vue de ce tout (cf certaines de ses "cures"!). Donc, elle n'achète pratiquement rien dans le commerce. Et donc, elle s'est découvert une passion pour la cuisine. Ce qui veut dire que ceux qui habitent Paris ont la chance de goûter ses essais, et que les autres (moi, quoi!) salivent devant les photos qu'elle envoie.

Il y a 15 jours, sur sa page Face&Look, le titre m'attire. Pour une fois, pas de photo mais comme je suis une grande fan des tatins (voir plus bas...), je salive quand même.

Ce week-end, Buddha étant là, mes amis exilés à Lyon de passage, je décide de mouazossi faire saliver tout le monde.

Hop, hop, chez mon primeur préféré (Camelin, rue Bannelier) : 2 belles grappes de grosses tomates et 3 oignons doux.

De retour dans ma nouvelle petite merveille (hé ben oui, hein, c'est pas tous les jours que j'ai un homme fort-et-intelligent-enfin-pas-toujours-mais-ingénieux-ingénieur-quand-même sous la main... il a déménagé tous mes meubles pour que mon salon devienne ma chambre-boudoir, ma salle-à-manger un dortoir-salle-de-jeux pour les nains et la chambre commune le living-room. Je sais c'est compliqué... j'en reparlerai dans un prochains article), j'investis la cuisine.

1 - Faire la pâte brisée. Facile : 250 grammes de farine, 125 grammes de beurre, un peu d'eau, une pincée de sel. Sur le plan de travail, un puits de farine. On ajoute le beurre ramolli en petits morceaux. On malaxe. On ajoute l'eau en fonction des besoins. Ha oui, zut, le sel au tout début, avec la farine. Malaxe, malaxe avec tes ptidoua jusqu'à obtenir une pâte bien souple et homogène. Quand c'est prêt, hop, hop, dans une terrine, sous un torchon propre, à reposer en attendant la suite.

2 - Dans un moule à trucmuche (je ne sais pas comment s'appelle mon plat à tatin... c'est un moule avec les bords assez hauts pour contenir des morceaux "rustiques"), je mets du sucre en poudre.

3 - Je lave mes belles tomates. Puis, je les coupe en 2 dans la hauteur (entre le sommet, là où il y a le truc vert, et les fesses de la tomate, là où il y a un petit point), et chaque morceaux encore en 2 (on arrive à 4 morceaux...) et ces morceaux encore en 2. Nous obtenons donc...

BRAVOOOOOOO! oui, nous obtenons, 8 morceaux. C'était pour vérifier que vous saviez encore faire des divisions de tête!

On fait cette opération avec toutes les tomates (environ 8).

4 - Onzuiiiiiiiiite, je place les morceaux de tomates dans le moule, sur le sucre, côté peau vers le bas, de façon concentrique. Quand le moule est plein, je remplis avec les tomates dans l'autre sens.

5 - Je pèle les oignons et les coupe en lamelles. Hop, hop, dans la poêle où l'huile chaude les attends pour les faire suer. Quand ils sont transparents-légèrement-blonds, je les enlève du feu pour les essuyer afin d'éviter qu'il y ait trop d'huile.

6 - J'étale mes oignons sur mes tomates en couche épaisse.

7 - J'abaisse ma pâte à la taille de mon moule. Moi j'aime bien le petit trottoir, donc je fais un petit rouleauté je que je rentre entre le bord du moule et les tomates du bord.

Et hop, hop, tout ça au four, à 180° pour 35-40 minutes. L'idéal, c'est de mettre à feu assez doux pendant longtemps pour que ça caramélise gentiment et que les sucs aient le temps de s'épaissir.

 

CIMG4353

Et voilà ce qu'il reste!